Archives par mot-clé : Qualité de l’air

Comprendre l’infiltrométrie – Le pare-vapeur

Rôle du pare-vapeur dans la performance globale du bâti

Les isolants ne sont performants qu’aux conditions d’être préservés des courants d’air et de l’humidité par un pare-vapeur. Autrement dit, un isolant parcouru par des courants d’air comme un isolant saturé d’humidité n’isole plus correctement.

Le pare-vapeur a cette double fonctionnalité : Préserver les isolants des mouvements d’air et de la migration de la vapeur d’eau.

Condensation dans l'isolantLa vapeur d’eau générée dans un bâtiment peut s’accumuler dans les parois et produire des désordres tels le gonflement du plâtre, le décollement du papier, la décoloration du bois, la prolifération de moisissures…

Le pare-vapeur permet aussi d’éviter la migration de polluants à l’intérieur du logement (fibres de laines, gaz de décomposition…) et participe à l’amélioration de la qualité de l’air.

Production de vapeur

Parce qu’il est chauffé, l’air intérieur d’un logement est TOUJOURS plus chargé en vapeur d’eau qu’à l’extérieur.

Une famille de trois personnes produit environ 18 litres par jour de vapeur d’eau. Cette vapeur est évacuée en partie par la ventilation, mais le reste est absorbé par les murs aux parois poreuses.

production vapeur

Étanchéité à l’air

Migration vapeurL’étanchéité à l’air globale d’une maison se mesure à l’aide de l’indicateur Q4. Entre une maison non étanchée et une maison bien traitée, la différence de consommation d’énergie est généralement située entre 20 et 25%.

C’est la raison pour laquelle la mesure de l’étanchéité à l’air a été rendue obligatoire dans la RT2012. Voyez l’évolution de la consommation d’énergie en fonction de la perméabilité à l’air selon les mesures officielles réalisées par le CETE de Lyon :

Impact perméabilité consommation

Plus localement, à l’échelle d’un mur, sur une zone de 1 m², il a été démontré qu’une fente de 1 mm dans le pare-vapeur augmente jusqu’à 4,8 fois la consommation d’énergie :

Pare-vapeur

Frein vapeur

la mise en oeuvre d’un pare-vapeur rapporté et continu est obligatoire lorsque la paroi sépare un local chauffé et une ambiance non chauffée ou chauffée par intermittence (plancher sur
vide sanitaire, parois verticales ou rampantes, plafond sous comble perdu).

Le pare-vapeur est toujours placé côté chaud. Cependant, à condition de respecter la règle des « 1/3 – 2/3 » (1/3 d’isolant côté chaud), il est possible de noyer le pare-vapeur entre 2 couches d’isolants pour le protéger mécaniquement.

Bon à savoir : lorsque le pare-vapeur a une grande perméabilité à l’air, on parle de frein-vapeur. Il existe aussi des freins-vapeur dont la perméabilité est variable en fonction des saisons. Le frein-vapeur ne peut être utilisé que sur avis technique et dans certaines conditions.

Le choix d’un pare-vapeur ou d’un frein-vapeur doit être réalisé à minima avec la méthode de contrôle « Glaser ».

Unités

La Résistance à la diffusion de vapeur d’eau est un indicateur de la perméabilité des murs, c’est à dire leur aptitude à laisser s’évacuer (par diffusion au travers des pores) les excédents de vapeur d’eau générés dans un logement.

Mais pour que les pores des isolants ne soit pas saturés, pour éviter la condensation d’eau, il est important de limiter la quantité de vapeur qui migrera au travers du mur.

Par soucis de simplification, la perméabilité à la vapeur d’eau est caractérisée couramment par l’indicateur Sd. Sd est une comparaison à la performance d’une lame d’air de 1 mètre.

Règles de l’art

Pour respecter les DTU, la valeur Sd des pare-vapeur doit être supérieure ou égale à 18 m dans le cas de constructions ventilées (lame d’air ventilée entre l’isolant et le parement extérieur du mur) ou 90 m dans le cas de constructions non ventilées.

Pour respecter les règles de l’art, il convient de calculer les valeurs Sd de chacun des matériaux composant la paroi et de vérifier qu’ils sont rangés dans un ordre décroissant de l’intérieur vers l’extérieur. C’est à dire en mettant les matériaux les plus perméables à la vapeur côté extérieur pour ne pas bloquer la migration d’eau dans le mur.

Aussi, pour être prudent, il est préférable de demander au bureau d’étude thermique de réaliser une simulation informatique pour vérifier l’absence de condensation dans le mur (méthode Glaser).

Qualité de l’air

La qualité de l’air est un des enjeux majeures des années à venir. La réglementation environnementale RE2018 a aussi pour objectif d’améliorer la qualité de l’air ambiant.

En fait, en réalisant une barrière étanche entre les isolants et l’intérieur du foyer, le constructeur protège l’atmosphère du logement contre la migration de polluants tels les fibres de laines et les gaz liés à la décomposition naturelle des matériaux de construction.

Réduction bruit
Le pare-vapeur préserve aussi les occupants des bruits extérieurs.

Contact

Pour réaliser une étude thermique avec calcul de la migration de vapeur d’eau, veuillez contacter le BET GThermik au 09.88.99.88.09.

Pour toutes autres demandes d’informations, merci de remplir le formulaire de contact.

A bientôt !

Qualité de l’air intérieur

La qualité de l’air à l’intérieur de nos logements

Nous vivons la plupart du temps dans des espaces clos. Maison, véhicule, bureaux, grandes surfaces… En quoi est-ce préjudiciable ?

Premièrement, il a été démontré la présence de certaines substances à l’intérieur de ces lieux clos qui sont non observées à l’extérieur. Nous ne connaissons pas toujours l’incidence directe de ces substances sur notre organisme, mais ce que nous savons, c’est que nos systèmes immunitaires sont souvent perturbés…

Deuxième constat, en milieu clos, les concentrations de gaz toxiques sont nettement plus importantes qu’à l’extérieur.

La qualité de l’air et notre santé

L’observatoire de la qualité de l’air intérieur OQAI parle d’allergies, d’hypersensibilité, d’intoxications, de cancers, de neuro-dégénérescence…

Notre point de vue : Il n’est sans doute pas nécessaire de s’affoler, mais un peu de prudence s’impose, quelques gestes simples peuvent largement améliorer les choses.

La qualité de l’air dégradée par de nombreux polluants

Les polluants sont essentiellement introduit par les matériaux et le mobilier. Certains proviennent aussi des produits d’entretien et de beauté.

Qualité de l'airUne réglementation a rendu obligatoire l’étiquetage  des produits depuis le 1er janvier 2013 pour faciliter la prise de conscience et réduire l’impact de ce type de polluants.

La liste des polluants concernés inclue : formaldéhyde, acétaldéhyde, toluène, tetrachloroéthylène, xylène, 1,2,4-triméthylbenzène, 1,4-dichlorobenzène, éthylbenzène, 2-butoxyéthanol, styrène et composés organiques volatils totaux (COVT).

Les polluants issus des matériaux de construction et d’isolation pénètrent à l’intérieur par les défauts d’étanchéité. L’étanchéité à l’air joue donc un grand rôle dans la qualité de l’air intérieur.

La qualité de l’air dégradée par l’humidité

L’humidité de l’air intérieur et de la surface des murs joue un grand rôle dans la décomposition des matériaux, dans la prolifération de moisissures et de différents insectes.

Les moisissures rejettent 3 types de polluants dans l’air intérieur :

  • des spores qui peuvent être la cause de rhinites, de bronchites allergisantes et d’asthme,
  • des mycotoxines pouvant affecter le système immunitaire,
  • des composés organiques volatils microbiens : Alcools aliphatiques, cétones et terpènes principalement. Par exemple, le seul Aspergillus Clavatus émet jusqu’à 50 COV différents !

Parmi les insectes qui profitent de l’humidité pour se développer, citons les acariens, les punaises, les cafards, les vrillettes, les charançons…

Les experts d’ANAIS réalisent régulièrement des expertises des problèmes d’humidité. Cela permet non seulement d’établir un bilan, mais aussi de trouver des solutions adaptées.

Les audits de performance énergétique sont aussi une piste pour envisager une rénovation plus globale incluant une isolation et une ventilation qui améliorent la qualité de l’air.

Améliorer la qualité de l’air

Nous vous proposons ici plusieurs solutions qu’il est bon de cumuler pour améliorer la qualité de l’air à l’intérieur des logements et des bureaux.

Conception

La conception du bâti joue un grand rôle. Dès cette phase, il est possible de choisir :

  • des matériaux plus seins (pierres naturelles calcaires, plâtres, chaux, bois massif, verre, terre-cuite…) ;
  • des isolants naturels ;
  • une excellente étanchéité à l’air ;
  • un agencement qui évite l’introduction d’air vicié direct depuis un garage, une cave ou une rue passagère ;
  • une ventilation performante, générant un brassage d’air complet et disposant de filtres efficaces.

Utilisation

Les consommateurs que nous sommes jouons aussi un grand rôle dans la qualité de notre air intérieur. Il nous appartient :

  • d’éviter certains produits d’entretien, les insecticides, les poêles à pétrole d’appoint, les inserts à bois non étanches…
  • de choisir des meubles fabriqués avec des matériaux produisant peu de gaz (voir étiquetage),
  • d’entretenir le système de ventilation de la maison,
  • d’aérer régulièrement en ouvrant les fenêtres (l’ADEME conseille de réaliser un courant d’air de 5 mn trois fois par jour).

Contrôler la qualité de l’air

La mesure de l’étanchéité à l’air que nous vous proposons ici contribue non seulement à l’amélioration de la performance énergétique, mais aussi à celle de la qualité de l’air.

En mettant en évidence les points d’infiltration des polluants, l’opérateur d’infiltrométrie vous aidera à corriger les défauts de votre construction.

Appelez-nous gratuitement au 09.8008.5008 pour établir un devis, ou remplissez précisément le formulaire de contact. A bientôt.