Comprendre l’infiltrométrie – La surface de paroi froide

image_pdfimage_print

La surface de paroi froide Atbat

La mesure d’infiltrométrie détermine un débit de fuite à 4 Pascal. Ce débit dépend certes de la qualité de l’étanchéité à l’air, mais aussi de la surface de l’enveloppe appelée ici surface de paroi froide Atbat.

L’incidence de la surface

Plus un bâtiment est grand, plus les sources de fuites d’air sont nombreuses, ne serait-ce déjà par la porosité naturelle et globale des matériaux.

Pour que l’étanchéité à l’air des bâtiments soit comparable et réglementé, il a fallut opter pour une réduction du débit de fuite (en m³/h) par une surface (m²).

Le débit de fuite (q4) est donc divisé par la surface de paroi froide hors plancher bas (Atbat) de la construction pour obtenir la valeur d’étanchéité réglementaire Q4Pa-Surf en m³/(h.m²).

Détermination de la surface Atbat

La surface de paroi froide hors plancher bas est déterminée lors de l’étude thermique. Cette surface apparaît donc dans le Récapitulatif Standardisé d’Etude Thermique (RSET).

Exemple :

surface de paroi froide

Dans cet exemple, l’Atbat vaut 200,3 m² et l’objectif à ne pas dépasser Q4Pa-Surf est de 0,60 m³/(h.m²). Aussi, le débit de fuite à 4 Pascal, qui sera mesuré avec la Blowerdoor, devra être inférieur à :

q4 = Q4Pa-Surf x Atbat = 0,60 x 200,3 = 120,18 m³/h.

Lorsque l’étude thermique ne détaille pas la surface de paroi froide de la zone à mesurer, c’est le cas généralement des appartements, il appartient à l’opérateur de déterminer lui-même cette surface sur la base des plans.

La surface de paroi froide Atbat est ici la longueur de mur exposée à l’extérieur, multiplié par la hauteur sous plafond HSP.

Dans ce cas, comme la cloison est un mur de refend générant un pont thermique, l’épaisseur du mur n’est pas prise en compte (sa déperdition thermique entre dans la catégorie des ponts thermiques et non pas des déperditions surfaciques).

Les angles entrants sont aussi analysés dans les études thermiques comme des ponts thermiques. Ils sont donc exclus des calculs de la surface de paroi froide.

Pour ce qui est des parois donnant sur des locaux non chauffés, la prise en compte ou non de leur surface dépendra de la présence ou non d’une isolation et d’un sas à l’entrée du local.

Pour plus d’information, prenez contact avec notre cabinet d’expertises.

1er réseau d’opérateurs en infiltrométrie

image_pdfimage_print

Réseau d’opérateurs en infiltrométrie

Logo RNEIANAIS EXPERTISES est le PREMIER réseau national d’experts du bâti et d’opérateurs infiltrométries autorisés à réaliser les tests de perméabilité à l’air.

Notre réseau est composé d’experts indépendants, ayant leurs propres structures, mais s’imposant une même méthode de travail, une même qualité tant dans les tests d’étanchéité que dans les rapports produits.

Le réseau offre un accueil téléphonique de qualité, une assistance technique et juridique, un juste prix sur l´ensemble du territoire.

Pour l’instant, l’ensemble du réseau travaille uniquement avec le matériel BlowerDoor.

Les avantages d’une concession de marque

Rejoindre le réseau ANAIS, c’est bénéficier de :

  • Formation complémentaire « non négligeable » à l’infiltrométrie. Monsieur MORIN, expert du bâtiment, titulaire d’un professorat, enseigne toutes les ficelles du métier, comment résoudre les aléas, comment interpréter les fluctuations de pression, comment réduire les temps d’intervention…
  • Mutualisation des outils ;
  • Logiciel interne. Ce progiciel est le seul à être 100% conforme à la norme en toutes circonstances, conforme multi-ventilateurs, le seul à corriger les erreurs de saisie et de capture, le seul à réduire le temps de saisie à moins de 5 mn…
  • Relecture systématique des rapports par un expert ;
  • Sauvegarde complète des données en réseau sécurisé ;
  • Secrétariat à temps plein avec un numéro d’appel gratuit national ;
  • Mutualisation des outils de communication (7 sites internets actifs et bien référencés, brochures, ordre de mission, dossier d’appel d’offre, flyer, stand pour les salons…) ;
  • Formation à l’expertise, accompagnement sur le terrain ;
  • Veille réglementaire et technique ;
  • Accès à des études thermiques RT2012 commercialisables à partir de 180 €TTC pour compléter les offres commerciales.

Si vous souhaitez avoir des informations sur le réseau et les conditions pour le rejoindre, appelez-nous au 09.8008.5008.

Comprendre l’infiltrométrie – Le pare-vapeur

image_pdfimage_print

Rôle du pare-vapeur dans la performance globale du bâti

Les isolants ne sont performants qu’aux conditions d’être préservés des courants d’air et de l’humidité par un pare-vapeur. Autrement dit, un isolant parcouru par des courants d’air comme un isolant saturé d’humidité n’isole plus correctement.

Le pare-vapeur a cette double fonctionnalité : Préserver les isolants des mouvements d’air et de la migration de la vapeur d’eau.

Condensation dans l'isolantLa vapeur d’eau générée dans un bâtiment peut s’accumuler dans les parois et produire des désordres tels le gonflement du plâtre, le décollement du papier, la décoloration du bois, la prolifération de moisissures…

Le pare-vapeur permet aussi d’éviter la migration de polluants à l’intérieur du logement (fibres de laines, gaz de décomposition…) et participe à l’amélioration de la qualité de l’air.

Production de vapeur

Parce qu’il est chauffé, l’air intérieur d’un logement est TOUJOURS plus chargé en vapeur d’eau qu’à l’extérieur.

Une famille de trois personnes produit environ 18 litres par jour de vapeur d’eau. Cette vapeur est évacuée en partie par la ventilation, mais le reste est absorbé par les parois poreuses.

production vapeur

Étanchéité à l’air

Migration vapeurL’étanchéité à l’air globale d’une maison se mesure à l’aide de l’indicateur Q4. Entre une maison non étanchée et une maison bien traitée, la différence de consommation d’énergie est généralement située entre 20 et 25%.

C’est la raison pour laquelle la mesure de l’étanchéité à l’air a été rendue obligatoire dans la RT2012. Voyez l’évolution de la consommation d’énergie en fonction de la perméabilité à l’air selon les mesures officielles réalisées par le CETE de Lyon :

Impact perméabilité consommation

Plus localement, à l’échelle d’un mur, sur une zone de 1 m², il a été démontré qu’une fente de 1 mm dans le pare-vapeur augmente jusqu’à 4,8 fois la consommation d’énergie :

Pare-vapeur

Frein vapeur

la mise en oeuvre d’un pare-vapeur rapporté et continu est obligatoire lorsque la paroi sépare un local chauffé et une ambiance non chauffée ou chauffée par intermittence (plancher sur
vide sanitaire, parois verticales ou rampantes, plafond sous comble perdu).

Le pare-vapeur est toujours placé côté chaud. A condition de respecter la règle des « 1/3 – 2/3 » (1/3 d’isolant côté chaud), il est possible de noyer le pare-vapeur entre 2 couches d’isolants pour le protéger mécaniquement.

Cependant, lorsque le pare-vapeur a une grande perméabilité à l’air, on parle de frein-vapeur. Le frein-vapeur ne peut être utilisé que sur avis technique et dans certaines conditions.

Le choix d’un pare-vapeur ou d’un frein-vapeur doit être réalisé à minima avec la méthode de contrôle « Glaser ».

Unités

La Résistance à la diffusion de vapeur d’eau est un indicateur de la perméabilité des murs, c’est à dire leur aptitude à laisser s’évacuer (par diffusion au travers des pores) les excédents de vapeur d’eau générés dans un logement.

Mais pour que les pores des isolants ne soit pas saturés, pour éviter la condensation d’eau, il est important de limiter la quantité de vapeur qui migrera au travers du mur.

Par soucis de simplification, la perméabilité à la vapeur d’eau est caractérisée couramment par l’indicateur Sd. Sd est une comparaison à la performance d’une lame d’air de 1 mètre.

Règles de l’art

Pour respecter les DTU, la valeur Sd des pare-vapeur doit être supérieure ou égale à 18 m dans le cas de constructions ventilées (lame d’air ventilée entre l’isolant et le parement extérieur du mur) ou 90 m dans le cas de constructions non ventilées.

Pour respecter les règles de l’art, il convient de calculer les valeurs Sd de chacun des matériaux composant la paroi et de vérifier qu’ils sont rangés dans un ordre décroissant de l’intérieur vers l’extérieur. C’est à dire en mettant les matériaux les plus perméables à la vapeur côté extérieur pour ne pas bloquer la migration d’eau dans le mur.

Aussi, pour être prudent, il est préférable de demander au bureau d’étude thermique de réaliser une simulation informatique pour vérifier l’absence de condensation dans le mur (méthode Glaser).

Qualité de l’air

La qualité de l’air est un des enjeux majeures des années à venir. La réglementation environnementale RE2018 a aussi pour objectif d’améliorer la qualité de l’air ambiant.

En fait, en réalisant une barrière étanche entre les isolants et l’intérieur du foyer, le constructeur protège l’atmosphère du logement contre la migration de polluants tels les fibres de laines et les gaz liés à la décomposition naturelle des matériaux de construction.

Réduction bruit
Le pare-vapeur préserve aussi les occupants des bruits extérieurs.

Contact

Pour réaliser une étude thermique avec calcul de la migration de vapeur d’eau, veuillez contacter le BET GThermik au 09.88.99.88.09.

Pour toutes autres demandes d’informations, merci de remplir le formulaire de contact.

A bientôt !

Infiltrométrie – Nouvelle norme

image_pdfimage_print

Norme NF EN ISO 9972

L’infiltrométrie s’impose comme un moyen de contrôle réglementaire de la RT2012.

Or, depuis le 01/09/2016, une nouvelle norme doit être appliquée en infiltrométrie. La NF EN ISO 9972 et son guide d’application ont introduit un certain nombre de changements.

Nouvelle norme infiltrométrie

Certaines modifications portent sur les méthodes de mesure, de calcul et de préparation des bâtiments.

Exemple de changement

Un coefficient a été modifié dans la formule de calcul de la surface équivalente de fuite. Aussi, la surface maintenant indiquée, dans nos rapports respectant la nouvelle norme infiltrométrie, n’est plus comparable avec celle indiquée précédemment. C’est la raison pour laquelle nous ne représentons plus cette surface graphiquement.

Mais le changement qui impacte le plus les constructeurs  concerne les règles d’échantillonnage, c’est-à-dire le nombre de bâtiments (ou de parties de bâtiment) dont l’étanchéité à l’air doit être mesurée.

Changement de règle d’échantillonnage

Pour des maisons individuelles sujettes à un même permis de construire, la nouvelle norme infiltrométrie impose ceci :

  • Toutes les maisons doivent être mesurées s’il y en a 3 ou moins ;
  • S’il y a entre 4 et 30 maisons – livrées en une seule tranche – ayant un même objectif de perméabilité à l’air -, trois d’entre elles doivent être mesurées : les deux ayant les plus petites surfaces habitables et celle ayant la plus grande ;
  • Enfin, si le groupe compte plus de 30 maisons, on prend l’arrondi supérieur du nombre total de maisons divisé par 10. Il faut alors mesurer la plus petite et la plus grande surface habitable, et ainsi de suite, jusqu’à avoir atteint l’échantillon nécessaire.

>> Toutes les maisons mesurées doivent être positives pour que l’ensemble le soit.

Attention aux maisons jumelées : Les 2 maisons formant un tout, dans le respect de la règle d’échantillonnage, il faut que les 2 soient réussies pour obtenir l’attestation de prise en compte de la réglementation thermique.

Pour un bâtiment de logements collectif :

  • L’ensemble de l’immeuble doit être mesuré si sa surface RT est inférieure à 500 m², à moins qu’il dispose d’une gaine gaz ou qu’il ne soit pas possible de le mesurer dans son intégralité : dans ce cas, on appliquera les méthodes ci-dessous ;
  • Si le bâtiment comprend jusqu’à 30 logements et a une surface RT supérieure à 500 m², il faut mesurer 3 appartements. Au premier niveau habitable, l’opérateur teste l’appartement ayant la plus petite surface habitable, tandis qu’il s’intéresse au dernier étage à celui ayant la plus grande. Il mesure également le logement ayant la plus petite surface dans le ou les étages intermédiaires ;
  • Enfin, pour un bâtiment de plus de 30 logements, il faut mesurer 6 appartements : les appartements ayant respectivement la plus petite et la plus grande surface doivent être mesurés au premier niveau habitable, dans les étages intermédiaires, ainsi qu’au dernier.

>> La perméabilité globale de l’immeuble est déterminée en extrapolant la moyenne des mesures obtenues dans les 3 ou 6 appartements.

Notons que la norme a également imposé des changements de méthode pour les bâtiments tertiaires. Ceux-ci doivent faire autant que possible l’objet d’un test unique, hors exceptions suivantes :

  • Des zones ne sont pas communicantes ;
  • Des zones ont des objectifs différents ;
  • Des zones sont soumises à des règles spécifiques (salles blanches…).

Respect de la nouvelle norme infiltrométrie NF EN ISO 9972

Veuillez nous contacter si possible avant d’établir votre CCTP afin que nous puissions vous communiquer quelques éléments indispensables.

Les opérateurs soucieux de respecter la nouvelle norme infiltrométrie sont invités à prendre contact avec ANAIS EXPERTISES. Parmi les avantages liés à notre concession de marque, il y a l’utilisation d’un logiciel interne unique en son genre : celui-ci garanti des rapports 100% conformes en corrigeant lui-même les erreurs de saisi des opérateurs !

Appelez le 09.8008.5008.

Qualité de l’air intérieur

image_pdfimage_print

La qualité de l’air à l’intérieur de nos logements

Nous vivons la plupart du temps dans des espaces clos. Maison, véhicule, bureaux, grandes surfaces… En quoi est-ce préjudiciable ?

Premièrement, il a été démontré la présence de certaines substances à l’intérieur de ces lieux clos qui sont non observées à l’extérieur. Nous ne connaissons pas toujours l’incidence directe de ces substances sur notre organisme, mais ce que nous savons, c’est que nos systèmes immunitaires sont souvent perturbés…

Deuxième constat, en milieu clos, les concentrations de gaz toxiques sont nettement plus importantes qu’à l’extérieur.

La qualité de l’air et notre santé

L’observatoire de la qualité de l’air intérieur OQAI parle d’allergies, d’hypersensibilité, d’intoxications, de cancers, de neuro-dégénérescence…

Notre point de vue : Il n’est sans doute pas nécessaire de s’affoler, mais un peu de prudence s’impose, quelques gestes simples peuvent largement améliorer les choses.

La qualité de l’air dégradée par de nombreux polluants

Les polluants sont essentiellement introduit par les matériaux et le mobilier. Certains proviennent aussi des produits d’entretien et de beauté.

Qualité de l'airUne réglementation a rendu obligatoire l’étiquetage  des produits depuis le 1er janvier 2013 pour faciliter la prise de conscience et réduire l’impact de ce type de polluants.

La liste des polluants concernés inclue : formaldéhyde, acétaldéhyde, toluène, tetrachloroéthylène, xylène, 1,2,4-triméthylbenzène, 1,4-dichlorobenzène, éthylbenzène, 2-butoxyéthanol, styrène et composés organiques volatils totaux (COVT).

Les polluants issus des matériaux de construction et d’isolation pénètrent à l’intérieur par les défauts d’étanchéité. L’étanchéité à l’air joue donc un grand rôle dans la qualité de l’air intérieur.

La qualité de l’air dégradée par l’humidité

L’humidité de l’air intérieur et de la surface des murs joue un grand rôle dans la décomposition des matériaux, dans la prolifération de moisissures et de différents insectes.

Les moisissures rejettent 3 types de polluants dans l’air intérieur :

  • des spores qui peuvent être la cause de rhinites, de bronchites allergisantes et d’asthme,
  • des mycotoxines pouvant affecter le système immunitaire,
  • des composés organiques volatils microbiens : Alcools aliphatiques, cétones et terpènes principalement. Par exemple, le seul Aspergillus Clavatus émet jusqu’à 50 COV différents !

Parmi les insectes qui profitent de l’humidité pour se développer, citons les acariens, les punaises, les cafards, les vrillettes, les charançons…

Les experts d’ANAIS réalisent régulièrement des expertises des problèmes d’humidité. Cela permet non seulement d’établir un bilan, mais aussi de trouver des solutions adaptées.

Les audits de performance énergétique sont aussi une piste pour envisager une rénovation plus globale incluant une isolation et une ventilation qui améliorent la qualité de l’air.

Améliorer la qualité de l’air

Nous vous proposons ici plusieurs solutions qu’il est bon de cumuler pour améliorer la qualité de l’air à l’intérieur des logements et des bureaux.

Conception

La conception du bâti joue un grand rôle. Dès cette phase, il est possible de choisir :

  • des matériaux plus seins (pierres naturelles calcaires, plâtres, chaux, bois massif, verre, terre-cuite…) ;
  • des isolants naturels ;
  • une excellente étanchéité à l’air ;
  • un agencement qui évite l’introduction d’air vicié direct depuis un garage, une cave ou une rue passagère ;
  • une ventilation performante, générant un brassage d’air complet et disposant de filtres efficaces.

Utilisation

Les consommateurs que nous sommes jouons aussi un grand rôle dans la qualité de notre air intérieur. Il nous appartient :

  • d’éviter certains produits d’entretien, les insecticides, les poêles à pétrole d’appoint, les inserts à bois non étanches…
  • de choisir des meubles fabriqués avec des matériaux produisant peu de gaz (voir étiquetage),
  • d’entretenir le système de ventilation de la maison,
  • d’aérer régulièrement en ouvrant les fenêtres (l’ADEME conseille de réaliser un courant d’air de 5 mn trois fois par jour).

Contrôler la qualité de l’air

La mesure de l’étanchéité à l’air que nous vous proposons ici contribue non seulement à l’amélioration de la performance énergétique, mais aussi à celle de la qualité de l’air.

En mettant en évidence les points d’infiltration des polluants, l’opérateur d’infiltrométrie vous aidera à corriger les défauts de votre construction.

Appelez-nous gratuitement au 09.8008.5008 pour établir un devis, ou remplissez précisément le formulaire de contact. A bientôt.

Foire aux questions concernant l’infiltrométrie

image_pdfimage_print

Questions concernant l’infiltrométrie

Questions infiltrométrieL’infiltrométrie a longtemps été redoutée par les professionnels. Aussi, les questions concernant l’infiltrométrie ont été nombreuses.

Avec l’expérience, nous avons su démontrer qu’il est relativement facile d’atteindre les objectifs réglementaires. Mieux, l’étanchéité à l’air est utilisée aujourd’hui comme un argument commercial pour démontrer un savoir faire.

Ainsi, nos clients obtiennent aisément des valeurs de Q4 inférieures à 0,40 (certains atteignent le niveau passif) ; ce qui leur permet d’appréhender la future RE2018 sereinement.

Mais sans doute reste-t-il des questions concernant l’infiltrométrie, des cas particuliers… Voici les questions les plus courantes :

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 1 – Quel est l’impact d’une bonne étanchéité à l’air sur les consommations d’énergie ?

Une série de 9 simulations a été réalisée sur des constructions réelles par le Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement (CETE) de Lyon.

Le gain obtenu sur les consommations de chauffage  lorsque l’étanchéité est excellente (Q4 = 0,2) par rapport à l’objectif de la RT2005 (Q4 = 1,3) va de 0,6 à 16,5 kWhep/(m2.an). Le gain dépend évidemment du climat, du système de ventilation et de la configuration du bâtiment.

L’impact d’une bonne étanchéité à l’air de l’enveloppe d’une maison individuelle peut  donc être équivalente à une petite installation de panneaux solaires pour l’eau chaude sanitaire.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 2 – L’étanchéité à l’air dépend-elle du mode constructif ?

Il est toujours possible d’obtenir une bonne étanchéité à l’air.

Cependant, certains modes constructifs sont plus compliqués que d’autres à étancher. Les construction légères, dont les parois sont généralement multicouches, sont plus sensibles à une mauvaise conception et surtout aux mauvaises mise en œuvre.

Cependant, les maisons à ossature bois font généralement l’objet de meilleures finitions car certains charpentiers ce sont spécialisés pour réaliser des maisons de niveau passif.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 3 – Quel est l’impact de l’étanchéité à l’air sur la performance d’une ventilation double-flux ?

Les ventilations dites double-flux ont la capacité de récupérer les calories de l’air extrait pour préchauffer l’air sà in insufflé dans la maison.

Les constructeurs affichent fièrement des rendements supérieurs à 90 % ;  ce qui laisse à supposer qu’en cas de delta de 20 °C entre l’intérieur et l’extérieur, l’air insufflé serait préchauffé à environ 18 °C. Or l’air insufflé ne dépasse que rarement 15 °C. Pourquoi ?

In-situ, tout l’air brassé ne passe pas par l’échangeur. Evidemment, une grande partie passe aussi par les défauts d’étanchéité.  Dans le tertiaire, le rendement global d’une installation double-flux va donc varier entre 50 et 70 pour cent en fonction de l’étanchéité à l’air. En maison individuelle, ce rendement oscille entre 60 et 80% car l’étanchéité à l’air y est meilleure.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 4 – Où trouver la liste de sociétés réalisant des tests d’infiltrométrie ?

La liste des opérateurs autorisés à réaliser les tests d’étanchéité à l’air et signataires de la charte de qualité ANAIS EXPERTISES est disponible sur notre site.

Notez que l’opérateur devra être aussi certifié comme diagnostiqueur DPE. Ainsi, il réalisera en une seule opération le diagnostic de performance énergétique et l’attestation de prise en compte de la réglementation thermique RT2012.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 5 – Quelles sont les données à collecter pour réaliser le test d’étanchéité à l’air ?

En plus d’un descriptif sommaire du bâti, il est essentiel de disposer d’un certain nombre de mesures :

  • SHAB : La surface habitable. À ne pas confondre avec la surface de plancher ! La surface habitable est règlementée par le Code de la construction.
  • Srt : La surface thermique règlementaire anciennement appelée SHONrt. À ne pas confondre avec la SHON qui n’est utilisée que pour la rénovation.
  • Atbat : Surface ou Aire de l’enveloppe de la construction, des parois dites « froides » donnant sur l’extérieur ou sur des locaux non chauffés, hors plancher bas.
  • Volume : Le volume pris en compte est celui formé par l’enveloppe. À ne pas confondre avec le volume chauffé calculé par le thermicien, qui y soustrait l’emprise des cloisons.

Ces informations apparaissent dans l’étude thermique. Le Récapitulatif Standardisé de l’Etude Thermique (RSET) est donc systématiquement réclamé avant toute intervention.

En l’absence d’étude thermique, les mesures seront calculées sur la base de plans côtés moyennant un surcoût pour la prestation.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 6 – Comment le test d’infiltrométrie doit-il être réalisé ?

Depuis le 15 août 2015, la norme ISO 9972 « Détermination de la perméabilité à l’air des bâtiments » est publiée par l‘ISO. Maintenant, cette norme internationale est publiée par l’AFNOR depuis le 30 octobre 2015 sous le nom NF EN ISO 9972. Aussi, elle remplace de facto la norme européenne NF EN 13 829 qui a été utilisée jusqu’à présent. Comme les deux textes sont très proches, la pratique de la mesure de perméabilité à l’air n’est pas modifiée.

Cependant, quelques évolutions et précisions sont à noter. Suite au changement de norme, le guide d’application GA P50-784 a lui aussi été révisé et se nomme désormais FD P50-784.

Dans ce contexte, à partir de septembre 2016, toutes les mesures de perméabilité à l’air de l’enveloppe des bâtiments devront être réalisées conformément à la NF EN ISO 9972, et à son guide d’application FD P50-784 associé.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 7 – Comment réaliser un essai pour un bâtiment complet alors que celui-ci dispose de deux zones distinctes non communicantes ?

Dans le cas d’un bâtiment composé de plusieurs parties non communicantes, la mesure peut être effectuée par parties.

Ainsi, la totalité du bâtiment est testée et la valeur retenue dans les calculs thermiques est la moyenne des Q4Pa-surf pondérée par les surfaces déperditives des parties testées, hors planchers bas.

Néanmoins cette méthode est pénalisante, car elle comptabilisera les fuites entre les deux parties deux fois, à chaque mesure.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 8 – Comment mesurer l’étanchéité à l’air d’un EHPAD, d’une cité universitaire ou d’un foyer des jeunes travailleurs ?

Selon qu’ils soient ou non pourvus de cuisines individuelles, ces bâtiments seront ou non considérés comme des bâtiments de logement collectif.

  1. S’ils sont considérés comme des logements collectifs (présence d’un coin cuisine), une mesure par échantillonnage sur les chambres sera conforme à la réglementation.
  2. Sinon, pour que la mesure soit conforme à la réglementation thermique, elle doit être réalisée sur le bâtiment entier (sauf justification).

La mesure doit en particulier être conforme à la norme NF EN ISO 9972 et au FD P50-784 si une valorisation est faite dans le calcul thermique.

FAQ InfiltrométrieQuestion infiltrométrie 9 – Peut-on déterminer la surface équivalente de fuite ?

Il est possible d’estimer par calcul la surface équivalente de fuite. Cette surface équivalente est en théorie la somme de toutes les fuites d’air anormale.

Cependant, le calcul de la surface équivalente de fuite, pour être estimé le plus justement possible, doit prendre en compte le coefficient de décharge moyen à l’orifice des trous.

Malheureusement, le coefficient de décharge adopté dans la nouvelle norme internationale diffère de l’ancienne. Pire, le coefficient adopté n’est plus réaliste, mais correspond à un orifice parfait qui n’induirait aucune perte de charge.

De fait, la surface équivalente de fuite indiquée dans nos rapports, dans le respect de la norme en vigueur, n’est pas réaliste. Elle n’apporte donc plus d’information pratique.

D’autres questions sur l’infiltrométrie et l’étanchéité ?

Posez vos questions dans notre formulaire de contact, nous y répondrons au plus vite.

Infiltrométrie en Normandie

image_pdfimage_print

Demandez un devis gratuit pour un test d’infiltrométrie en Normandie

Opérateur autoriséDepuis 2008, nos opérateurs d’infiltrométrie sont à votre disposition pour vous renseigner, vous accompagner pour améliorer l’étanchéité à l’air de votre construction, et finalement contrôler le respect de la RT2012.

Pour intervenir rapidement et réaliser des infiltrométries en Normandie, nous avons choisi de confier les départements de  l’Eure(27) et la Seine-Maritime (76) à Monsieur Philippe HUET et les départements du Calvados (14), de la Manche (50) et de l’Orne (61) à Monsieur Pascal MORIN.

Votre opérateur d’infiltrométrie pour le Calvados, la Manche et l’Orne

Pascal MORIN

Expert Pascal MORINCaennais de naissance, et normand de cœur, j’ai passé une grande partie de ma vie professionnelle à enseigner les nouvelles technologies. Naturellement, lorsque ces technologies sont apparues dans le bâtiment pour le rendre plus performant, j’ai choisi d’enseigner l’art de bien travailler directement sur le terrain.

Expert du second œuvre et thermicien, je réalise des expertises privées indépendantes et des expertises amiables. Je peux ainsi aider les particuliers comme les professionnels à trouver des solutions efficaces et économiques pour résoudre des désordres ou plus simplement pour améliorer la performance énergétique de leur logement.

Je réalise donc des infiltrométries en Normandie depuis 2009. Au besoin, j’utilise aussi la thermographie pour approfondir l’audit énergétique. A ce propos, j’ai développé une solution exclusive pour calculer plus précisément le coefficient U des murs qu’avec les pseudo U-mètre du marché.

Les expertises sont souvent l’occasion de rencontres agréables avec des gens soucieux d’améliorer leur environnement. J’aurais donc plaisir à vous aider dans vos projets.

PLAN DU SITE

image_pdfimage_print

Pour ne rien manquer

Notre sommaire :

Prix d’une infiltrométrie RT 2012

image_pdfimage_print

Infiltrométrie pour la RT 2012

Le prix d’une infiltrométrie est à prévoir dans votre budget de construction.

Depuis janvier 2013, toutes les constructions neuves doivent subir une mesure d’infiltrométrie RT2012. Cette disposition assure que la consommation d’énergie sera conforme aux objectifs. Les propriétaires constructeurs doivent donc bugétiser le prix d’une infiltrométrie RT 2012.

Une obligation de résultat

L’étude thermique RT2012 réalisée en amont de la construction indique quelle sera la consommation conventionnelle de l’habitation. Cette consommation théorique dépend fortement de la qualité de mise en œuvre des matériaux de construction.

Aussi, l’infiltrométrie, en quantifiant les fuites d’air anormales, assure aux propriétaires et aux occupants qu’ils auront une facture d’énergie raisonnable.

Ensuite, les résultats sont transmis à l’Etat pour contrôle qui vérifie que la réglementation thermique RT2012 est respectée.

La responsabilité du propriétaire maître d’ouvrage

Le maître d’ouvrage est responsable vis-à-vis de la Loi du respect de l’étanchéité à l’air de son bâti. S’il dispose d’un contrat de construction avec un professionnel, il pourra se retourner contre celui-ci. Mais si le maître d’ouvrage est auto-constructeur ou assure lui-même la maîtrise d’oeuvre, il devra veiller lui-même au bon respect des objectifs. En ce cas, une mesure d’infiltrométrie intermédiaire, en cours de chantier, est fortement conseillée.

Prix d’une infiltrométrie RT 2012

Nous réalisons généralement toujours l’infiltrométrie en même temps que le DPE Neuf et l’Attestation de prise en compte de la RT2012.

Infiltrométrie finale avec recherche de fuite conforme à la norme et réalisée par un opérateur agréé :

378,00 €TTC

Remplissez notre formulaire simplifié pour obtenir un devis d’infiltrométrie ou une facture pro-format pour votre organisme de crédit.

Opérateur infiltrométrie

Test d’étanchéité à l’air obligatoire pour la RT 2012

image_pdfimage_print

Réaliser un test d’étanchéité à l’air

test d'étanchéité à l'airPour respecter la RT 2012, obtenir un label de performance BBC ou HPE, ou tout simplement pour réduire la consommation d’énergie, le test d’étanchéité à l’air s’impose.

Découvrez ici comment se déroule un test, glanez des conseils et préparez notre visite en toute quiétude !

Mesure d’étanchéité à l’air volontaire

Depuis l’apparition en France des labels de performance EFFINERGIE BBC (Bâtiment Basse Consommation) et HPE (Haute Performance Énergétique), le test d’étanchéité s’est généralisé et est devenu un contrôle courant de la construction.

Réalisé en cours et/ou en fin de chantier, le test d’étanchéité à l’air permet de repérer l’origine des fuites d’air anormales et donc aussi un grand nombre des sources de déperdition. Accompagnée d’une mesure des débits de fuite, l’infiltrométrie permet de quantifier le nombre de mètres cube d’air qui s’échappe constamment du bâti.

L’infiltrométrie permet effectivement de contrôler la qualité d’une construction, tout particulièrement les finitions qui assurent une grande part de l’étanchéité.

Mesure d’étanchéité à l’air obligatoire

La réglementation thermique RT2012 a rendu le test d’étanchéité à l’air obligatoire pour toutes les constructions neuves de logements depuis le 1er janvier 2013.

Les constructions neuves font l’objet in-fine d’une déclaration attestant d’achèvement et la conformité des travaux (DAACT) déposée auprès de la mairie du lieu de construction. Donc, le propriétaire remplit la DAACT qu’il accompagne d’une attestation de respect de la réglementation thermique. L’attestation est établie par un diagnostiqueur certifié. Avec ce document, le diagnostiqueur atteste que le test d’étanchéité à l’air obligatoire a été réalisé et que l’objectif de perméabilité à l’air a été atteint.

Avec la RT 2012, c’est la première fois qu’une obligation de résultat s’impose en plus des obligations de moyens de la réglementation thermique.

Moment du mesurage

Pour la mesure officielle de la perméabilité à l’air (test final), la mesure doit être réalisée après achèvement des travaux pouvant affecter la perméabilité de l’enveloppe. Aussi, les systèmes de chauffage, d’eau chaude sanitaire, de refroidissement et de ventilation pris en compte dans l’étude thermique réglementaire, pouvant avoir un impact sur la perméabilité à l’air de l’enveloppe, doivent être installés et raccordés.

Objectif de perméabilité à l’air

La RT 2012 impose des niveaux de perméabilité différents selon la destination de la construction. Retrouvez les objectifs de perméabilité à l’air dans notre article concernant l’infiltrométrie obligatoire RT 2012.

Commander un test d’étanchéité à l’air obligatoire

Pour passer commande d’un test d’étanchéité, assurez-vous de disposer d’une étude thermique RT 2012 réglementaire avec un Rapport Standardisé d’Etude Thermique (RSET) aux formats PDF et XML. Votre Bureau d’Etude Thermique doit vous fournir ces documents.

Si vous n’avez pas encore réalisé d’étude thermique, nous vous conseillons le bureau d’étude thermique GThermik joignable au 09.88.99.88.09.

Les opérateurs autorisés d’ANAIS EXPERTISES se tiennent à votre disposition pour vous expliquer comment atteindre les objectifs. Appelez-nous au 09.80.08.50.08.

N°1 de l'infiltrométrie

1 test offert pour 1 acheté pour tout nouveau client professionnel !